3 juillet 2020 | Politique

Nos communes, expression de la France vivante

Les Français viennent d’élire leurs représentants dans nos 35 000 communes. C’est un moment essentiel de la vie politique de notre pays. La commune, ses élus, son maire sont au cœur de la citoyenneté française. Ils sont à la fois l’âme de notre pacte social et l’expression de cette diversité qui fait notre richesse.

Ce n’est pas un hasard si la commune est la collectivité à laquelle nos concitoyens sont le plus attachés. L’institution communale a de profondes racines dans notre histoire. Les premières associations municipales apparaissent dès le XIe siècle, avant même la création de l’Etat capétien qui encourage leur essor et s’appuie sur elles pour réduire l’influence des féodaux. Chacun de nos régimes y a ensuite apporté sa touche.

Si les Français plébiscitent les communes, c’est parce qu’elles sont l’espace des avancées concrètes, des progrès réels, de la vraie solidarité. Chacun d’entre nous y trouve les ressorts de sa vie quotidienne : services publics, transport, commerce, éducation, culture… Les maires, les conseillers municipaux sont, parmi nous, ceux qui sont le plus à l’écoute du pays.

Chacun a pu mesurer, dans la grave crise sanitaire que nous venons de vivre, le rôle social irremplaçable qu’ils ont joué auprès des familles, des personnes âgées, en soutien aux soignants. Chacun peut apprécier la part qu’ils prennent aujourd’hui au redémarrage de l’économie, à la pérennité de nos entreprises, à la lutte pour la sauvegarde de l’emploi. 

La commune a besoin d’être défendue, ses élus et ses agents, mieux soutenus, leurs compétences, valorisées et élargies.

Défendre nos communes, c’est d’abord veiller à leur libre administration. Combien de lois, de règlements disposent des compétences des communes comme si elles n’étaient que de simples démembrements de l’Etat ! Défendre nos communes, c’est respecter leur autonomie financière et veiller à ce qu’elles disposent des justes moyens pour agir. Défendre nos communes, c’est veiller à ce qu’elles conservent une place centrale dans notre organisation territoriale.

Défendre nos communes, mais aussi les promouvoir afin de soutenir et valoriser ceux qui œuvrent chaque jour à leur service : les élus et les agents des communes, qui agissent chaque jour pour l’amélioration du service apporté aux citoyens, les inquiétudes qu’ils expriment sur l’avenir de leur statut, les revendications qu’ils défendent sur leurs niveaux de rémunération méritent d’être mieux entendues. Promouvoir nos communes, c’est aussi élargir leurs missions. Une nouvelle étape de décentralisation est à l’ordre du jour. L’enjeu est important, puisqu’il s’agit d’assortir les politiques publiques à la réalité de chaque commune, sans perdre de vue le principe d’unité, auquel les Français sont légitimement attachés.

Ne serait-il d’ailleurs pas judicieux de leur donner davantage de place dans les choix qui engagent l’ensemble de la nation ? Nombreux sont ceux qui pensent aujourd’hui qu’il manque un pilier à notre architecture institutionnelle, celui de la démocratie participative. Les 500 000 élus municipaux pourraient être les vecteurs de cette forme moderne de démocratie.

Autant de questions sur lesquelles les Français s’interrogent et attendent des réponses. Jouons, la carte d’une vraie déconcentration, d’une vraie décentralisation. Manifestons notre confiance dans une institution qui est le fruit de notre histoire et qui fait, chaque jour, la preuve de sa profonde modernité. Appuyons nous, une nouvelle fois, sur la France vivante de nos 35.000 communes !

Jean, comte de Paris
Domaine royal de Dreux, le 2 juillet 2020

Image : Mairie de La Chaize Giraud (Vendée)

Articles les
plus lus

Voir tous les articles

2 mai 2019 | CATEGORY

Visite d’Etat à Amboise

27 janvier 2020 | CATEGORY

Le temps du Politique