21 janvier 2019 | Non classé

10h22 ce 21 janvier 2019

10h22 ce matin à ma montre. Comment ne pas avoir une pensée émue pour le roi Louis XVI, victime de la froideur révolutionnaire, le 21 janvier 1793. Père de famille exemplaire, roi très chrétien, il aura été mal jugé de tout temps. On oublie malheureusement et trop souvent, pour laisser parler seulement la caricature, que ce descendant d’Henri IV et de Louis XIV fut un bourreau de travail, entouré de ministres talentueux, et que ses qualités politiques ont contribué à renforcer le prestige militaire et politique de la France avec la guerre d’indépendance américaine.

En rompant le lien personnel que la monarchie avait avec les Français, ce pacte fort et réel entre le roi et ses sujets, la révolution a précipité les Français dans l’ère des masses, a laissé l’homme seul sans défense face à l’État, a cassé la dynamique d’un pays en sapant avec brutalité ses fondations morales, culturelles et spirituelles aux prix de massacres comme le génocide vendéen.

Combien de réformes, modernes pour l’époque, que ce souverain a initiées, ont été malheureusement oubliées par
notre Histoire nationale. Loin d’être ce personnage falot que l’on tente de nous présenter régulièrement, et même s’il fut parfois mal conseillé, Louis XVI fut un roi dévoué à son royaume et soucieux du bien-être des Français à chaque jour de son règne. C’est sa mémoire que j’honore aujourd’hui. Et si je n’exonère pas le vote du duc d’Orléans qui appartient désormais à l’Histoire, je porte avec fierté, en tant que dauphin de France, l’héritage d’une famille, d’un roi, d’un prince, d’un homme que le destin aura rendu à Dieu beaucoup trop tôt.

Jean de France, Duc de Vendôme
Domaine Royal de Dreux.

 

 

Articles les
plus lus

Voir tous les articles

2 mai 2019 | CATEGORY

Visite d’Etat à Amboise

18 avril 2019 | CATEGORY

Messe Chrismale et Apocalypse